Lundi, 19 Novembre 2012 13:14

Débat sur l'énergie : le comité de pilotage pourrait être revu Favori

Écrit par Sophie
Évaluez cet article
(0 votes)
Débat sur l'énergie : Greenpeace ne veut pas servir de 'caution verte' Débat sur l'énergie : Greenpeace ne veut pas servir de 'caution verte' http://www.enerzine.com

Pour le quotidien le Monde " si le gouvernement veut réussir le grand débat national sur la transition énergétique qui vise à créer une société française sobre en carbone, moins dépendante du nucléaire et où les énergies renouvelables seront prioritaires, il va devoir mettre de l'eau dans son vin. Vite.

La composition du comité de pilotage du débat annoncée samedi 10 novembre par Delphine Batho, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, a largement crispé les ONG. Elles ont été interloquées d'y voir figurer deux partisans de l'industrie nucléaire, Anne Lauvergeon, l'ancienne patronne d'Areva et Pascal Colombani, aujourd'hui président du conseil d'administration de l'équipementier Valeo, mais ex-administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique.

Ils seront aux côtés de Bruno Rebelle, ancien responsable de Greenpeace France, directeur de Transitions, cabinet de conseil dans le développement durable ; du climatologue Jean Jouzel, et de Laurence Tubiana, directrice de l'Institut du développement durable et des relations internationales.

Si ces noms satisfont le Medef et l'Union française de l'électricité, ils ont conduit Greenpeace à annoncer son retrait du débat selon le Monde. Le retrait de Greenpeace n'a pas été suivi par d'autres même si, le 13 novembre, des rumeurs annonçaient la démission du comité de pilotage de Pascal Colombani. Rumeurs non confirmées.

Mais l'agacement est là et prêt à s'exprimer clairement si la donne n'est pas modifiée avant la réunion, prévue le 20 ou le 21 novembre, de la Commission nationale du débat – surnommée le "parlement" – qui rassemblera les représentants des six collèges appelés à discuter : patronat, syndicats, ONG, pouvoirs publics, collectivités territoriales et parlementaires.

Des ONG qui réclament d'ailleurs, selon le quotidien, l' élargissement du comité de pilotage "à des personnalités représentant les filières des énergies renouvelables et de l'efficacité thermique du bâtiment", explique Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot. "Et une modification de la gouvernance du comité, insiste Benoît Hartmann, de France Nature Environnement. Delphine Batho a décidé d'en être la présidente, ce n'est pas raisonnable. Il faut au minimum qu'un sage de la société civile soit coprésident ou vice-président..."

Seront-elles entendues ?

En tout cas, les organisations non gouvernementales sont claires. Si rien ne bouge, "il leur sera très compliqué de participer au débat".

Intégralité de l'article à lire sur le site lemonde.fr

Dernière modification le Lundi, 19 Novembre 2012 13:26
Sophie

Sophie

E-mail: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Denier de Sophie

Haut de la page